Articles avec #interviews tag

Publié le 29 Juin 2014

Crédit : Agence RiseUp

Crédit : Agence RiseUp

L'artiste à la carrière très variée a accepté de nous livrer une interview exclusive directement traduite de l'anglais

Quel est votre parcours ?

J'ai deux carrières différentes. J'ai d'abord commencé par être dentiste et puis quelques années après, j'ai travaillé avec la télé donc j'étais producteur de show télévisés et présentateur. La musique est arrivée par la suite.

Vous avez fait de la télé en tant que producteur et présentateur mais aussi de la musique en tant que chanteur et producteur. Qu'avez-vous préféré ? Pourquoi ?

Tout d'abord je voudrais rappeler quelque chose de très important, je fais les choses que j'aime le plus dans la vie. C'est difficile de dire lequel je préfère parce que les deux apportent des choses différentes. En tant qu'artiste si je me produis moi-même, cela me donne beaucoup plus de libertés et c'est très important pour moi d'avoir cette liberté de mouvement, de faire ce que je veux et c'est une chose qui me donne un certain pouvoir en tant qu'artiste.

Vous avez chanté en plusieurs langues. Pourquoi ce choix ? En quelle langue aimeriez-vous chanter à présent ?

Je ne dis pas ça parce que je suis en France mais le plus intéressant et le plus beau pour moi qui ne parle pas français c'est justement de chanter en français. J'ai bien sûr chanté en anglais et principalement en anglais d'ailleurs mais le français a vraiment ce petit côté sexy et charmant qui me plaît par rapport aux autres langues.

Quel a été le déclic pour passer de médecine au milieu artistique ?

Quand j'en parle, la musique a l'air d'être arrivée soudainement mais ce n'est pas du tout le cas. Ce n'est pas arrivé du jour au lendemain. J'étudiais déjà la musique quand j'étais enfant, je faisais de la batterie et des percussions. Donc la musique c'est vraiment une chose qui est née dans mon enfance, ce n'est pas un déclic, c'est quelque chose qui a toujours été là et qui s'est développée avec le temps. A l'école puis au lycée j'étais dans une chorale, dans des spectacles donc j'ai toujours eu un côté artistique très poussé.

Si vous deviez choisir entre la télévision, le chant et la danse, que choisiriez-vous ?

La télé c'est assez local, l'audience télévisuelle est locale parce que c'est un seul pays, une seule langue. Alors que chanter, la musique, c'est quelque chose qui peut être fait dans plein de langues différentes et qui peut toucher beaucoup plus de gens c'est donc pour cette raison que si j'avais à choisir, je choisirais la musique parce que l'on peut toucher beaucoup plus de gens par la musique que par la télé.

Et la danse c'est pareil, parce qu'elle fait pour moi partie de la musique. Je ne détache pas les deux donc c'est pour ça qu'il y a toujours de la danse dans mes chansons et dans ma musique.

Vous collaborez à l'international. Quel artiste français choisiriez-vous pour une collaboration ?

J'ai déjà eu un duo avec une artiste française, Viktor Lazlo, il y a quelques années pour une comédie musicale. J'aime beaucoup la musique en France car c'est très varié et qu'il y a beaucoup d'artistes très intéressants. J'aimerais des duos avec beaucoup d'artistes français mais il faudrait que je pense à un nom en particulier ! [rires]

Découvrez son dernier titre par ICI :

Voir les commentaires

Rédigé par Albane Chezeaux

Publié dans #Interviews, #Tv, #Media, #Musique, #Exclu

Publié le 24 Juin 2014

Crédit : Agence RiseUp

Crédit : Agence RiseUp

Romain Ughetto est un jeune chanteur qui a déjà rencontré un beau succès grâce à son premier album intitulé « Ange ou Démon » paru le 23 octobre 2013.

Pourrais-tu me récapituler ton parcours de chanteur ?

Je fais de la musique depuis que j'ai 13 ans. J'ai eu des groupes de rock dans ma ville à Lyon et mon dernier groupe s'est arrêté lorsque j'avais 20 ans du coup à partir de là j'ai commencé à composer des chansons pour moi que j'ai postées sur YouTube en 2011. De là mes vidéos ont fait un petit buzz, les gens ont commencé à s'intéresser à ce que je faisais. C'est vraiment en 2011 que je me suis lancé dans ma carrière solo: j'ai préparé un album, j'ai commencé à préparer des clips et de fil en aiguilles j'ai signé dans une maison de disques et tout s'est enchainé.

Mais au départ je n'étais pas du tout destiné à être chanteur, j'étais plutôt guitariste ou bassiste, j'étais plus dans l'ombre.

Comment qualifierais-tu ton style musical ?

Tout le monde dit que c'est du pop-rock donc je dirais que c'est plutôt ça. De toute façon, je considère que je fais de la pop au sens large. Il y a des sonorités électro, rock, urbaines … Il y a un peu de tout en fait dans mon premier album et dans le deuxième il y aura également je pense un petit peu de tout. Voilà pop-rock j'aime bien ! (rires)

Pourquoi avoir choisi de faire un remix d'une ancienne chanson au lieu de dévoiler un titre de ton nouvel album ?

Alors tout simplement parce que l'on est encore en phase de maquette sur le nouvel album, donc il n'y a rien de vraiment prêt. C'est encore du « brouillon ». Et une nouvelle version parce que l'ancienne version a été enregistrée il y a maintenant deux ans et que entre temps ma voix a un peu changée donc je ne suis plus trop capable de la chanter à cette tonalité là. Enfin, le style ne me ressemblait plus trop, j'avais envie d'un truc un peu plus actuel et avec une voix un peu plus adulte étant donné que j'ai mué !

Beaucoup de jeunes voulant percer dans le milieu de la chanson font des émissions de télé en tout genre. Est-ce que c'est quelque chose qui pourrait t'intéresser ?

Alors déjà télé réalité ça ne m'intéresse pas parce que je préfère exister en tant que chanteur plutôt qu'en tant qu'icône de la télé réalité. Et un télé-crochet je ne sais pas, la question est compliquée. D'un côté ça a fait connaître beaucoup de personnes, des gens très connus aujourd'hui. Et d'un autre côté ça donne une étiquette on devient « Romain de The Voice » et pas « Romain Ughetto » l'artiste découvert sur le web. Je préfère exister parce que je me suis fait connaître par des fans qui ont fait passer le mot et pas parce que du jour au lendemain on m'a vu sur TF1 ou sur M6. J'ai un peu peur des étiquettes donc je préfère éviter.

Tout le monde pense que tu as eu un début de carrière aux Etats-Unis ! Explique nous !

Oui en effet beaucoup de gens pensent ça mais j'ai travaillé avec un groupe de rock et on avait un style californien. Et les gens ont cru que c'était un groupe californien ! J'aurais bien aimé ceci dit ! (Rires)

Tu vas partir en tournée dans les plus grandes villes de France. De l'appréhension ?

Non parce que je commence à avoir l'habitude de la scène et du coup j'ai plus de hâte que d'appréhension. J'ai vraiment vraiment hâte d'y être, 10 dates, 10 villes, on va partir avec une petite équipe sur la route avec un mini bus et tout, ça va vraiment être cool ! Et ça va être un bon moment parce qu'en plus on emmène un caméraman qui va filmer h24, je pense qu'il y a moyen de tirer des bonnes images ! (Rires)

Tu as collaboré avec Jena Lee. Comment s'est passée cette collaboration ?

Jena je la connaissais par réseaux sociaux et j'avais eu la chance de la croiser plusieurs fois sur Lyon ou sur Paris. Ma maison de disque m'avait dit « Tu sais Jena on la connait, elle écrit elle compose aussi, ça ne te dirait pas de tenter un truc avec elle ? » . Du coup j'ai passé une semaine chez elle et on a commencé à composer, à écrire, et on en a proposé 3-4 à la maison de disques et « Je ne dirai pas les mots », le single qui a lancé mon premier album, a donc été retenu par la maison de disques. Peut être que dans le prochain album il y aura des titres avec elle parce qu'on en avait mis quelques-uns de côté donc on va voir.

J'aimais beaucoup ce qu'elle faisait dans sa carrière solo, et là elle prépare un groupe donc à mon avis ça va être cool !

Avec qui voudrais-tu maintenant collaborer ?

Celle qui me fait rêver c'est Katy Perry. Franchement si je pouvais faire un truc avec elle ce serait incroyable ! Ou sinon Simple Plan. Mais Katy Perry je la respecte tellement, je trouve qu'artistiquement c'est riche, visuellement c'est incroyable donc elle c'est vraiment l'exemple ultime en fait.

Et en France je ne sais pas trop … j'étais fan de Kyo quand j'étais petit et c'est eux qui m'ont donné envie de faire de la musique donc si un jour déjà je me retrouvais sur scène avec eux ce serait dingue. Ou sinon un rappeur vraiment connu en France (Rires) Booba ou La Fouine ça serait tellement improbable mais tellement bien !

Voir les commentaires

Publié le 10 Juin 2014

Crédit : Agence Riseup

Crédit : Agence Riseup

Qu'est ce qui t'as poussée à faire "Les Anges" ?

En fait ce qui m'a poussée à faire "Les Anges" c'est qu'on était dans "Les Marseillais" avec Thibault et que je n'arrivais pas à avancer professionnellement parlant : je dansais, j'avais du travail mais on va dire que ce n'était pas exactement ce que je recherchais. C'est vrai que j'ai toujours voulu chanter donc faire de la télé pour chanter, tenter ma chance et c'est vrai qu'avec les marseillais je ne pense pas que j'aurais pu faire un titre comme j'ai fait là donc du coup quand on a été contactés par les anges, on s'est tout de suite dit que c'était pour nous deux l'opportunité de faire quelque chose d'encore mieux.

Vous vouliez le faire à deux à la base ?

Oui toujours à deux, dans tous les cas tout ce qu'on fait c'est à deux.

Te serais-tu lancée dans la chanson même sans avoir fait de télé-réalité avant, quitte à avoir moins de notoriété au début ?

Oui, j'ai déjà essayé de faire des choses dans la musique mais après soit tu as vraiment quelque chose, tu as un gros talent qui te fait ressortir du lot, soit il y a du piston. C'est vrai que c'est assez compliqué de réussir dans le milieu de la chanson, et sans "Les Anges" je pense vraiment qu'aujourd'hui je n'aurais pas pu faire un titre comme j'ai fait là. C'est sûr et certain.

N'as-tu pas peur d'être cantonnée au statut de star de la télé-réalité tout au long de ta carrière et que ça te porte préjudice au bout d'un moment ?

Je suis plus reconnue comme personne de la télé-réalité parce que j'en sors... donc même si ça peut me porter préjudice, ce n'est pas grave parce que au jour d'aujourd'hui sans ces émissions, je n'en serais pas là.

Est ce que tu gardes contact avec d'anciens candidats des "Marseillais" et des anges ?

Oh oui ! On est en contact avec Julien, Paga, Stéphanie, un petit peu Kim et après surtout dans "Les Anges" avec Anaïs. Pour le coup je suis devenue vraiment amie avec elle, et je ne pensais pas du tout parce que quand je l'ai vue dans "Secret Story" elle m'énervait et au final j'ai découvert quelqu'un dans les anges qui est un peu comme moi. Je suis restée assez surprise et vraiment Anaïs c'est quelqu'un que j'aime beaucoup beaucoup ! Après je suis aussi un petit peu en contact avec Eddy, Benjamin, Julien le blond, Linda et voilà.

Si on te propose de faire la prochaine saison des "Anges", accepteras-tu ? Toujours en tant que chanteuse ?

Si on nous propose oui, parce que ça c'est très bien passé, il y a presque que du positif donc oui. Après pour faire quoi je ne sais pas trop. Continuer la chanson si c'est possible ou sinon la danse pour pouvoir après faire des clips et tout ça. Mais je pense que ça restera toujours chant ou danse.

D'anciens candidats des "Anges" sont devenus chroniqueurs dans "Le Mag". Est ce que ça te plairait ?

Alors … Chroniqueuse dans "Le Mag" … Franchement je trouve que ce qu'ils font c'est bien mais je ne sais pas si je serais capable de le faire. Si on me proposait de le faire, j'y réfléchirais, je ne dirais pas oui ou non directement parce que je ne sais pas si je m'en sortirais. Il faut bien parler, il ne faut pas dire de gros mots, il faut avoir les bonnes intonations quand on parle donc c'est vrai que c'est assez délicat. Je ne sais pas ! A voir !

Pourquoi as-tu choisi d'arrêter "Les Marseillais" après Cancun ?

On a décidé d'arrêter parce qu'on trouvait qu'il y avait un petit peu trop de vice. En gros ils essayaient de nous séparer, c'était plus basé sur la fête et tout ça et c'est vrai que nous on avait envie de réussir professionnellement parlant. Thibault dans la photo c'est vrai qu'il faisait des shootings mais bon c'était surtout pour être avec des filles pour que ça me fasse râler en gros et moi je n'arrivais pas à évoluer dans la chanson. Quand je chantais c'était dans un karaoké où il n'y avait pas de son, pas de musique. Et les gens qui regardaient "Les Marseillais" et qui aujourd'hui regardent "Les Anges" doivent se dire qu'ils ne savaient même pas que je chantais parce que je n'ai pas pu montrer non pas que j'étais chanteuse parce que même à l'heure d'aujourd'hui je ne peux pas le prétendre parce que je n'ai fait qu'un titre. Mais dans "Les Marseillais" il n'y avait rien qui montrait que oui j'aimais chanter en gros. Donc ça m'a poussée à faire directement "Les Anges" quand on me l'a proposé !

Merci Shanna !

Nous vous invitons à découvrir dès à présent son premier titre par ici --> https://www.youtube.com/watch?v=qvSx2vlTeW4

Voir les commentaires

Publié le 21 Avril 2014

Crédits: France2

 

Vous le connaissez sûrement comme animateur de la Matinale "Bruno dans la radio" sur Funradio. Mais depuis une semaine,  en plus d'être aux manettes de la matinale humoristique, Bruno Guillon est à la présentation de la nouvelle saison de: "On ne demande qu'à en rire" sur France 2! Nous avons pu le rencontrer et lui poser quelques questions...

 

Comment s’est fait le contact pour que tu sois animateur de "On ne demande qu’à en rire" ? Est-ce France télévisions qui t’as contacté ?

C’est la productrice Catherine Barma qui m’a contacté et m’a demandé si j’étais intéressé pour présenter « On ne demande qu’a en rire »

 

Comment te trouves-tu à la présentation ? Dis-nous tes premières impressions !

J’y suis très à l’aise.  Je suis super content de le faire. L’équipe qui était là avant m’a acceuillie à bras ouverts avec beaucoup de sympathie et beaucoup de sollicitude. Je suis ravi !

 

Alors, est-ce difficile de remplacer Laurent Ruquier et Jeremy Michalak ?

J’ai pas l’impression de les remplacer car comme l’émission a un peu évolué (même si la trame reste la même) c’est quand meme aussi très nouveau donc j’avoue ne pas m’être inspiré ni de Jérémy ni de Laurent pour la présentation afin de rester moi-même !

 

Y a-t-il quelque chose que tu crains à chaque début de direct ?

La notion de direct me faisait un peu peur au début, mais en fait à l’arrivée, tout s’est passé tout seul ! Je me suis dit que c’est bête d’avoir peur pour un direct à la télévision alors que tu fais un direct tous les jours à la radio depuis des décennies !

 

Es-tu satisfait des premières audiences qui sont notamment en progression ?

Oui forcément ! Ça monte gentiment petit à petit… On part de loin puisque la tranche était un peu désertée donc on a commencé à 4,5 et on est entrain d’arriver à 7 (ndlr: points d'audiences) ce qui est plutôt une bonne nouvelle!

 

Que penses-tu du jury constitué de Laurent Thibault, Stéphanie Bataille, Grégoire Furrer et Marie-Pascale Osterrieth ?

Je les trouve canons ! Ils ont été décriés au début sur les réseaux sociaux parce que les gens critiquaient avant de les connaitre… Les internautes disaient « dans le jury ce sont des inconnus » mais moi j’ai toujours tendance à dire que "les connus avant d’être reconnus sont inconnus". Ils ont chaucun un humour particulier donc l’association des quatre est parfaite !

 

Justement, aimerais-tu noter les candidats ?

Pas du tout ! C’est pas mon métier justement je ne suis pas humoriste, je n’ai pas la légitimité pour le faire ! Je préfère me mettre dans le public c'est-à-dire que j’écoute les sketchs en live . Si je pouvais voter avec le public pourquoi pas mais il faudrait que ma note soit noyée dans la masse du public !

 

Des primes sont-ils prévus ?

Pour l’instant non. J’ai appris par hasard qu’il y en avait eu à l’époque. Après si l’émission marche vraiment bien -avec des nouveaux talents qui émergent- pourquoi pas ?

 

Le rythme de tournage ?

Alors, deux émissions le lundi et trois émissions le mardi, c'est-à-dire que le lundi on en tourne une à 16h, la deuxième est en direct. Le mardi, on en tourne trois pour la semaine !

 

Tu es également aux commandes de la matinale de Funradio "Bruno dans la radio"… Mais alors, comment gères-tu ce rythme de travail ?

Je me drogue à la vie et à l’amour ! (Rires) J’aime ça donc à partir du moment où tu fais ce que tu aimes, tu oublies ce rythme de travail ! J’ai la chance de vivre de ma passion: la radio c’est quelque chose qui me fait rêver depuis que je suis tout petit donc j’ai pas l’impression de travailler. Les jours de tournages, je m’accorde une petite heure de sieste pour être vraiment en forme !

 

Le mot de la fin ?

Strafoupek !

 

Merci BRUNO!

 

Par Magali Butault, pour Mediamag @magalibutault

Voir les commentaires

Publié le 14 Avril 2014

Certain(e)s le connaissent depuis ses débuts à la télé ( Fun tv, canal+..) sous le pseudo Fifi de « La bande à Fifi » et d’autres ont pu le découvrir dans des films comme « l’Arnacoeur », « la Grande Boucle » ou encore « Paris à Tout prix ».

Aujourd’hui Philippe Lacheau revient avec son tout premier film en tant que réalisateur et comédien, « BabySitting » dont la sortie officielle est le 16 avril. Un film qui a d’ailleurs remporté deux prix lors du Festival de l’Alpes-d’Huez « Le prix spécial du jury » et le « prix du public »

Nous avons voulu en savoir un peu plus sur le film et Philippe Lacheau a gentiment accepté de répondre à notre interview !

 

D’où t’es venu l’idée du scénario ?

L’idée est venue en 2010. En fait à l’époque, j’avais remarqué qu’il y avait plein de films faits avec le procédé du « found footage » (image retrouvées), et on peut croire que c’est un peu amateur comme les films 'Paranormal activity' ou encore 'Cloverfield' mais, à chaque fois c’était des films d’horreur ou des films de sciences fiction donc nous nous sommes dit « tiens, il n’y a pas eu de comédie encore faite avec ce procédé, essayons!» . En plus ils ont été des films à succès qui n’ont pas couté très cher.. Nous on en avait marre car on avait plusieurs projets de cinéma qui ne se sont pas faits car cela coutait trop cher et on s’est dit « c’est parfait, essayons de faire ça ! » et puis on aura plus de chance de jouer les rôles principaux.

 

 

Combien de temps avez-vous mis pour écrire le scénario ? Combien de temps faut-il pour tourner un film comme « Babysitting » ?

Pour écrire c’est difficile à dire.. on a commencé en 2010 mais on écrit pas tous les jours ! Mais on va dire 2 ans. Et pour le tournage cela a duré 34 jours.

 

 

Maintenant que tu as touché à la réalisation est-ce que tu as une préférence entre réaliser et être seulement acteur ?

Et bien moi j’adore jouer mais j’adore jouer ce que j’ai écrit. (rire) Du coup c’est pour ça que je fais tout ça ! Puis le fait de co-réaliser avec Nicolas Benamou cela me permettait d’être sûr que le film ressemble vraiment à ce qu’on avait écrit.

 

 

On peut voir dans la bande annonce du film que ca fini en une soirée qui dérape totalement comme dans Projet-X, tu n’avais pas peur de la comparaison avec ce film ?

Si, je savais que nous serions comparés, forcement! On a même du réécrire quelques scènes pour essayer de ressembler un peu moins… Par exemple notre voiture à la base finissait dans l’eau comme dans Projet-x. Mais si tu veux au final, je ne suis pas énervé parce que projet-x avait très bien marché et peut être que s’il n’y avait pas eu ce film nous aurions moins bien réussi.

 

 

Nous pouvons remarquer que, comme Reem Kherici l’avait fait dans « Paris à tous prix », presque toute la bande à fifi est présente sur le film. Est-ce que pour toi c’était important de t’entourer d’une bande de potes comme Tarek Boudali ou encore Julien Arruti ?

Oui, c’était même évident étant donné que l’on travaille ensemble depuis longtemps ! Pour le premier film que l’on faisait, il était évident que nous le fassions ensemble, d’autant plus que nous l’avons écrit ensemble donc ouais, c’est génial de travailler entre potes. Déjà, on a beaucoup de chance de faire du cinéma et le faire en plus entre potes c’est juste quelque chose d’exceptionnel ! Au scénario il y a même mon petit frère Pierre qui a écrit avec nous donc travailler entre potes ou en famille c’est super, et il y a même mes parents qui font de la figuration donc je suis assez proche de mes proches même dans le travail (rire)

 

 

Après avoir vu les nombreuses photos des AP que vous avez faites, l’ambiance semblait toujours au RDV. Est-ce que parmi toutes celles que vous avez faites , il y en a une qui t’a marqué plus que les autres ? Pourquoi ?

La Rochelle c’était assez impressionnant parce qu’ils étaient 900 ! On a été accueilli comme des Rock ‘stars ! C'est-à-dire qu’il n’y avait qu’une salle ouverte et quand on est venu à la fin pour prendre le micro ils sont tous arrivés dans la même salle, en plus ils étaient tous déguisés en Mario, en truc, en machin… c’était incroyable ! Du coup on s’est retrouvés avec ces 900 personnes hystériques avec de la fumée, des lumières, des lasers..On avait plus l’impression d’être dans une boite de nuit que dans un cinéma mais c’était hallucinant, incroyable. Franchement ils ont assuré et du coup la Rochelle m’a marqué.

 

 

Est-ce que tu aurais une petite anecdote drôle qui s’est passée sur le tournage?

En fait, il y a mon pote Julien Arruti qui joue dans le film, qui avait sa plus grosse scène, c’est le jour où il tournait le plus, vraiment du matin au soir, c’était SA plus grosse journée à lui. Sauf qu’on a tourné vers « La fête des Loges » et il avait bu de l’eau qui n’était pas potable chez les forrains donc du coup il avait des douleurs de bide genre il avait l’impression d’avoir la gastro, et à un moment pendant une scène il dit « je suis désolé je dois vous laisser 2 secondes » et il part au loin aux toilettes, sauf que ce con n’avait pas éteint son micro et du coup les preneurs de son se sont régalés les pauvres! Donc je pense que Julien sera ravi que je raconte cette anecdote, et ça me fait très plaisir de la rendre publique. (rire)

 

 

Pour finir sur le film « BabySitting », si tu devais donner 3 mots pour le décrire et donner aux gens envie de venir le voir ca serait quoi ?

Ecoute, cela serait : Rire, Familiale, Kiffance

 

 

Rien à voir avec le film mais à tes début tu as commencé à faire de la télé, est-ce que c’est quelque chose qui pourrait te retenter ou aujourd’hui pour toi c’est le cinéma qui compte plus que tout ?

Tout ce que j’ai fait aujourd’hui c’était pour arriver au cinéma donc je ne dis pas que je ne referais jamais de télé mais aujourd’hui je commence à avoir un pied dans le cinéma donc je ne compte pas le retirer, mon pied ! J’espère vraiment faire pleins de trucs au cinéma et après, la télé, écoute, je ne sais pas on verra bien.. je ne sais pas du tout.

 

 

Un dernier mot peut être ?

On est très contents parce que Dimanche prochain on part au Etats-Unis pour présenter le film, on a été sélectionné pour le présenter dans un festival de films Français au « COLCOA » et on est 32 films français sélectionnés dont « supercondriaque » entre autres. Du coup on part du 20 au 27 avril au Etats-Unis pour présenter le film à Los Angeles. C’est incroyable! On est super contents !

 

CRITIQUE DU FILM :

A première vu, la bande annonce nous fait, forcement, penser à un mélange de "Very Bad trip" et "projet-x" mais bien au contraire !

C’est l’histoire de Franck qui, le jour de ses 30 ans se voit aller garder Remy le fils, capricieux, de son patron Marc Schaudel mais contre toute attente ses potes débarquent et lui organisent une soirée d’anniversaire qui part complètement en vrille.

Marc et sa femme qui pensaient que Franck était un « type sérieux » se retrouvent réveillés par un appel de la police.. Rémy et Franck ont disparu mais au beau milieu de leur maison, saccagé, la police retrouve une caméra qui va les aider à retracer cette fameuse soirée…

Alors oui, nous avons un BabySitting qui dérape totalement, mais avec une bonne dose d’humour qui nous permet de rire tout le long du film!

 Mais, bien au-delà de cette soirée dejantée il y a une véritable histoire, qui au fil du film devient vraiment touchante. Je n’en dirais pas plus… à vous d’allez découvrir tout cela dès le 16 avril dans vos cinémas !

Un grand Bravo à Philippe Lacheau pour cette comédie, dans laquelle vous pourrez le retrouver aux cotés de Alice David,Tarek Boudali, Julien Arruti ou encore Vincent Desagnat.

 

 

Merci à Philippe pour son temps et sa gentillesse !

 

 

Par Malika PERREAUT

Voir les commentaires

Publié le 26 Mars 2014

(Crédit photo: TF1, The Voice)

Samedi soir auront lieux les dernières épreuves ultimes pour les équipes de Florent Pagny et Mika. Parmi les candidats en lice pour les primes se trouve la pétillante Marina D'Amico. A quelques jours de la diffusion de son épreuve ultime, Marina a accepté de répondre à nos questions.

 

Nous t'avons déjà vu dans plusieurs émissions telles que X-Factor (M6), Le Grand Show des Enfants (TF1)... Comment t'es venue l'idée de faire The Voice ?

 

The Voice est la plus grosse émission de chant. Depuis X-Factor j'ai fait mon petit bonhomme de chemin et enregistré un album. The Voice est donc un tremplin pour que je puisse signer un contrat et sortir mon album.

 

Samedi nous saurons si oui ou non tu feras partie des candidats qui feront les primes. Regardes-tu les émissions chaque semaine ? 

 

Oui. C'est cool de voir les prestations des autres candidats. On se croise en dehors mais nous ne voyons pas les autres chanter. La voix parlée et la voix chantée, c'est différent, j'ai aussi envie d'entendre leurs passages.

 

Es-tu présente sur les réseaux sociaux pour commenter les émissions ?

 

Oui. Déjà ça me permet de me faire connaître et c'est intéressant de voir la réaction des gens suite à ma prestation. 

 

Continues-tu de faire des blagues ?

 

Oui! Je fais toujours des blagues pourries. J'essaye de me retenir mais il faut que ça fini toujours par sortir. Si j'ai la possibilité d'aller au prime, vous risquez d'en entendre quelques unes!

 

Qui crains-tu le plus dans l’émission ?

 

Que je crains non, que j'admire oui il y en a plusieurs. Par exemple : Akram (qui a quitté l'aventure au moment des Battle NDLR) Fabienne, Manon, wesley... Ils ont tous un petit quelque chose qui fait qu'on s'accroche à eux. Comme je l'ai toujours dit, la compétition est un combat contre soi-même et pas contre les autres. 

 

On pensait tous que tu choisirais Jenifer comme coach, finalement, tu as choisi Mika. Comment se passe votre collaboration ?

Je le vois surtout aux répétitions, c’est un amour ce garçon. C’est un vrai peter pan qui est dans son monde, dans son univers. C'est super de bosser dans une ambiance avec de l'humour. Quand j'ai fait X-Factor, j'étais avec Olivier Schultez, qui est drôle, mais qui est très exigeant lors des répétitions. Mika met à l’aise tout de suite.

 

Regrettes-tu ton choix ?

 

Non, pas du tout!

 

Peux-tu nous dire quelle chanson tu as choisi pour l’épreuve ultime ?

 

Non je ne peux malheuresement pas. Je ne suis pas dans la bande-annonce de l'émission prochaine donc je n'ai pas le droit de le dire... Vous aurez la surprise samedi!

 

Revivez l'audition à l'aveugle de Marina ainsi que sa Battle : 

Voir les commentaires

Publié le 12 Mars 2014

 

Connu essentiellement comme membre du groupe des « Whatfor », formé par l'émission Popstars, en 2002, on peut retrouver Nicolas Vitello dans la série Dream sur NRJ12 et la mini série humoristique « 4 jeunes, une voiture » sur M6.

Mais surtout au théâtre ! Et plus récemment dans les pièces « Bonjour Ivresse » et « Ma belle mère et moi ».

 

 

Tu as expliqué dans plusieurs interviews avoir mal vécu la période des « Whatfor » due à une trop forte médiatisation. Est-ce que cela t'énerve qu’aujourd’hui les gens parlent directement de toi en tant qu'ancien membre des « WhatFor » au lieu de ton talent de comédien ?

Non pas du tout. Au contraire moi j’ai adoré faire cette aventure, je ne crache pas dessus parce que si je suis là aujourd’hui c’est, en partie, grâce à popstars.

Ce qui m’énerve c’est quand les journalistes, sans me demander mon avis, ni quoi que ce soit, disent en parlant de Dreams par exemple « Nicolas Vitiello l'ex-whatfor, 12 ans après avoir fait Popstars, il fait Dreams ». Non douze ans après je n’ai pas fais Dreams! J’ai fait des pièces, des téléfilms, du cinéma et on dirait que j’ai fait QUE Popstars dans ma vie. Non, je pense que je mérite mes gallons parce que j’y suis allé.. vraiment.

 

 

 

Finalement, quel a été ton parcours après l’étape Popstars jusqu’à aujourd’hui ?

Dès que popstars s’est terminée j’ai fais un single (contrat avec M6) qui s’appelait « chercher le garçon ». Après j’ai recontacté les metteurs en scène, les auteurs parce que ma passion première c’est le théâtre, c’est ce qui me fait vraiment vibrer dans la vie plus que tout autre chose.

En 2005 j'ai eu la chance d'avoir une grosse pièce dans les mains et j’ai été pris dans «Love ! Valour ! Compassion !», et ça a été une super aventure parce qu’on a eu deux nominations aux Molières à l’époque, que c’est une pièce qui a marqué les gens. Après j’ai joué avec Chantal Ladesou dans « Les Amazones », j’ai joué avec Anémone (Le père Noel est une ordure) dans « Grossesses Nerveuses ». J’ai eu des magnifiques projets entre les mains et aujourd’hui « Ma Belle mère et moi » où je m’éclate comme un fou.

 

 

 

Si aujourd’hui quelqu'un venait à te présenter un projet dans la chanson est-ce que tu accepterais ou pour toi cette époque là est-elle définitivement révolue?

Je suis sur deux projets musicaux. Je ne sais pas s’ils verront le jour parce que ce n’est vraiment pas ma priorité.. mais s’ils voient le jour, tant mieux. Il y en a un où c’est une rencontre inattendue d’un musicien qui m’a dit « tiens ça serait bien qu’on fasse ça » et j’ai vachement aimé donc on le travaille. Si ça prend tant mieux, puis si ça ne prend pas tant pis en tout cas on s’amuse !

Et puis il y a une comédie musicale qui s'approche mais je ne peux pas encore le dire parce que ce n'est pas signé mais je privilégie le théâtre plus que le reste.

La comédie musicale ça me branche parce que c’est un peu des deux mais ce qui me plait vraiment c’est ce que vous avez vu, c’est faire le pitre et entendre des rires dans la salle.

 

 

 

Après la période des whatfor tu es revenu à ta passion première la théâtre. Tu as tourné dans des séries (le tuteur, au nom de la vérité..) et au cinéma. Est-ce que, comme beaucoup de comédiens, tu aimerais une carrière dans le cinéma ?

Pour moi le cinéma si j’y viens c’est que… ça viendra tout seul… en tout cas je ne fais rien pour y aller. Je ne défonce pas les portes et je ne réclame pas à mon agent d’absolument m’envoyer faire des films.

Je fais partie de cette génération d’acteurs, de trentenaires comme Franck Le Hen et toute sa troupe. On est des passionnés de théâtre, j’espère que c’est pas trop mégalo de dire ça, mais on essaie de dépoussiérer l’image du théâtre parce que souvent les jeunes se disent «le théâtre c’est pour les vieux ». Je trouve que c’est cool parce que en principe on arrive à vous choper parce que ça vous fait rire, on essaie de faire des pièces modernes et ma passion elle est là.

On a vraiment envie que le théâtre devienne comme « tiens on va au ciné, ah beh tiens on va au théâtre » donc on se débrouille à ce que les tarifs tombent, que ça ne vous coûte pas trop cher de sortir au théâtre et que vous sortiez du théâtre avec la banane en vous disant «c’est génial, on s’éclate !» , qu’il y ai des passions qui se libèrent et de plus en plus de jeunes qui viennent, des jeunes qui veulent faire du théâtre, des jeunes qui font des blogs, qui en parlent, je trouve ça vachement bien et c’est une bonne énergie tout ça.

 

 

 

Qu’est-ce que tu aimes dans le théâtre finalement ? Parce que répéter un texte plusieurs fois par semaine et ce pendant un an, deux ans, trois ans.. cela peut paraitre lassant non ?

Pas du tout parce que la magie dans le genre dans lequel j’aime exceller c’est la comédie ou le café théâtre donc ce n'est jamais pareil.

Hier tu es venue à une soirée, et bien ce soir je ne sais pas ce qu’il va se passer. Ce qu’il y a de génial dans le théâtre c’est que c’est un vrai ring de boxe, on est sans cesse en combat pour le rire donc il y a des soirs où ça marche un peu moins bien. Hier soir je sentais la salle moins réagir que d’habitude donc je me suis donné trois fois plus d’énergie pour secouer tout le monde et quand j’ai entendu enfin les rires arriver j’étais content. Et dès qu’on s’ennuie j’essais de faire rire un copain sur scène.

Ce que j’aime dans le théâtre, c’est que c’est un vrai moment de vie, c’est un vrai moment de partage, il y a une vraie interaction avec le public ce qu’on n’a pas quand on tourne en télé, au cinéma où c'est l'aspect technique qui va primer.

Ce qu’on ressent sur les planches et ce que vous ressentez dans la salle on ne peut pas l’égaler. C’est un truc je ne peux pas l’exprimer.. c’est orgasmique, c’est un vrai plaisir comme faire l’amour ou manger un bon truc qu’on adore et être sur les planche je pourrai pas m’en passer. Quand je ne joue pas je suis malheureux, ça me manque et il me tarde qu’un truc c’est y retourner.

 

 

 

Parlons un peu de "Ma belle mère et moi", pièce dans laquelle tu joues actuellement à Bordeaux jusqu'a mi-mars. Peux-tu nous parler un peu de ton rôle? Ton personnage? La pièce ?

C’est une pièce très moderne écrite par Bruno Druart et mis en scène par Luc Hamett. Il y a quatre personnages Frank LeboeufKatia Tchenko, Christine Lemler et moi. C’est marrant parce qu’on est quatre têtes connues du public à différents angles.

Frank champion du monde de football, Christine une grande icône de la télé de série française, Katia du cinéma français, surtout dans les années 80, et moi ancien popstars qui fait du théâtre depuis dix ans.

La pièce est très drôle parce que c’est une histoire assez simple d’un couple qui s’est séparé et qui veut se remettre ensemble, il y a une belle mère très manipulatrice qui est là que pour le pognon et qui manipule sa fille, son gendre, tout le monde et il y a mon rôle qui est l’assistant de Julien ,interprété par Frank Leboeuf, un peu l’homme à tout faire et en fait il fait surtout rien du tout. On sent que Julien, dans la pièce, l’embauche parce qu’il le fait rire et le fait un peu sortir de son quotidien.

Ce personnage quand j’ai lu la pièce n’était pas aussi foufou mais j’ai senti ce potentiel comique qu’il y avait dans ce rôle. Ce personnage je l’ai cherché, je l’ai trouvé, au début il ne chantait pas donc on en a fait une espèce de personnage qui chante un petit peu.

C'est un personnage infini, on en rajoute tous les soirs et puis si il ne marche pas on le change.. C’est un personnage de malade, c’est le kiff, il m’épuise, quand je sors de scène je suis mort mais quelle chance que j’ai d’avoir ce personnage parce qu’il est connecté au public et c’est génial !

 

 

 

C’est ton meilleur rôle ?

Ouais, honnêtement ouais. J’ai eu un magnifique rôle dans « Les Amazones », le rôle de Loïc, qui ressemblait un petit peu à se rôle là, et d’ailleurs Aurélien Wiik qui l’avait crée avait été nominé aux Molière avec ce rôle.

Et lui il est dans le même genre mais encore plus taré donc, ouais, franchement c’est le rôle, je pense, de ma vie. Et je pense que quand on va la jouer à Paris le métier va halluciner d’un tel rôle, à l’écriture en tout cas.

 

 

 

Autre pièce dans laquelle tu joues depuis 2012 -en alternance- , Bonjour Ivresse. (Pièce à succès et à l’affiche depuis 4 ans) J'ai lu que c’était une pièce que tu aimais beaucoup avant même d'y jouer. Comment s'est passé ta rencontre avec Franck Le Hen?

Avec Franck Le Hen on s’était rencontré quand je jouais dans « Love ! Valour ! Compassion ! », il jouait dans « théâtrouille », on se croisait, on jouait à coté mais on ne s’était pas vu jouer.. Puis il a monté « les homos préfèrent les blondes ». J’avais trouvé ça vachement bien et il m’avait demandé de passer des essais mais je n’avais pas pu à l’époque.

Après, j’ai vu qu’il avait fait une nouvelle pièce, tout seul cette fois ci. Je suis allé la voir et je suis tombé dingue de ce qu’il avait écrit. J’ai trouvé ça tellement drôle, tellement moderne, tellement frais que ça faisait du bien. Je l’ai vu au tout début et je lui ai dit « aaaah pourquoi tu ne m’as pas proposée ? » et il m’a dit « on sait jamais si ça marche on verra ! » et effectivement il m’a appelé un jour pour me dire qu’il avait besoin d’un remplaçant.

Je devais le remplacer lui à la base donc j’ai passé les essais pour son rôle mais comme j'ai un visage un peu dur il m'a proposé de basculer sur le rôle de Franck Delay donc j’ai testé. Je correspondais plus à « fifou » , du coup j’ai du faire un peu de sport parce que pour être aussi bien gaulé que Frank Delay il y avait du boulot ! (rires)

 

 

 

Est-ce que, comme l’a fait Franck Le Hen, tu as en projet d’écrire ta propre pièce un jour ?

Ouais j’ai envie d’écrire, alors je n’ai pas son talent parce que Franck il a fait des études de théâtre et moi je suis un autodidacte. Par contre je suis un auteur de vannes, j’ai écris « 4jeunes une voiture », je n’ai pas écrit le concept mais j’ai écris des sketchs.

J’écris aussi des sketchs pour quelques programmes courts de télé. Par contre j’ai un petit défaut encore, j’ai du mal à scénariser une histoire de A à Z donc c’est mon expérience qui va faire que je vais y arriver. J’ai des pistes d’écritures, j’ai gribouillé deux trois trucs et un jour il y aura une pièce de Nicolas Vitiello c’est sûr ! (rires)

 

 

 

Un/e acteur/trice que tu admires et avec qui tu aimerais particulièrement jouer ?

J’ai beaucoup de chance parce que j’étais fan de Anémone et j’ai eu la chance de jouer avec elle. J'adore cette femme, on s’entend super bien et on a d’autres projets ensemble.

J’adore Chantal Ladesou et j’ai eu la chance une fois de plus de bosser avec elle.

J’adore Jean-Pierre Kalfon et j’ai travaillé avec lui dans « Love valour ! Compassion ! ».

J’ai quasiment joué avec les gens qui m’ont fait rêver. Après évidemment oui, si un jour j’apprenais l’anglais et que j’avais une chance absolue j’adorerais jouer avec Leonardo DiCaprio parce que je suis fan de cet acteur.. Mais, je suis nul en anglais et je ne pense pas que les Etats-Unis soient pour moi. (rires)

 

 

 

Si tu devais définir "en trois mots" ce que le représente le théâtre pour toi ça donne quoi?

En trois mots ? Le théâtre « C’est Ma Vie

Je veux mourir comme Molière sur scène, je me sens trop bien de l’autre coté.

 

 

 

Est-ce que tu as un dernier mot?

Continuez de kiffer la vie ! J’aimerai dire au gens : « arrêtez d’être négatif sur les réseaux sociaux ». Moi quand je n’aime pas, je calcule pas.. Il y a rien de pire que le mépris.

Je pense que quand on aime il faut le dire, donc je n’hésite pas à dire aux gens que j’aime, aux artistes que j’aime, aux journalistes que j’aime, à n’importe qui, qui fait des choses bien je le dis. Et quand je trouve que c’est nul, négatif ou que je n’aime pas, je la boucle et je ne leur fait surtout pas de promo parce que je trouve qu’on est dans une époque où tout est très dur.. Dur de gagner de l’argent, dur de s’en sortir aujourd’hui, c’est compliqué. Tu vois j’aimerai bien créer un label Twitter «compte certifié 100% gentil ».(rires)

Il y a pleins de gens qui cassent juste pour le plaisir de casser par frustration ou quoi que ce soit, mais je trouve qu’il y a rien de plus méchant que le mépris donc forcement si quelqu’un fait de la « merde » tu n’en parles pas parce que au moins il restera dans son coin et personne saura qu’il a fait de la merde et c’est fini.. Donc voilà c’est mon petit truc.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Malika PERREAUT

Publié dans #Interviews

Publié le 2 Mars 2014

Olivier Bas, jury de Nouvelle Star sur D8 a accepté de répondre à quelques questions au sujet de l'émission et de sa carrière. Nous vous laissons les découvrir !

 

- Pourquoi avoir choisi «Nouvelle Star» comme télé-crochet et pas autre chose ?

 

Sincèrement et sans langue de bois, je crois que c'est la meilleure émission de sa catégorie. Nous ne sommes pas dans de la TV réalité, mais dans une émission de musique. La nouvelle star attire des auteurs/compositeurs/interprètes bien plus qu'ailleurs.

 

- Qu'en est-il des tensions qui avaient été annoncées entre Maurane et vous ?

 

Je crois que vous faites erreur, Maurane et moi nous entendons à merveille et sommes souvent les deux derniers membres du jury à rester à l'Arche St germain, plutôt tard.

 

- Lors des premiers castings, avez-vous eu un coup de cœur ?

 

Oui, plusieurs même c'est sans conteste l'étape la plus agréable pour moi en tant que juré… Nous retrouvons ces coups de coeur au théâtre et là la compétition commence et on voit ceux qui sont aptes à continuer le chemin avec nous.

 

- Quelle est l'ambiance entre le jury, les présentateurs et les candidats ?

 

Très potache pendant les castings où nous sommes plus ensemble… Je connais André depuis 25 ans, j'avais croisé plusieurs fois Maurane, que j'ai découvert et qui est devenue une amie. Sinclair, on a appris à se connaître, cette année nous fûmes complices, même si souvent pas d'accord sur les choix. Heureusement que nous formons un jury aux histoires différentes, cela nourrit la qualité de l'émission. On voit peu Cyril qui termine l'animation de TPMP avant de nous rejoindre… Enora reste volontiers après son émission. Quant aux candidats, je crois qu' il faut les laisser se concentrer. On ne les voit pas du tout dans la semaine… Par contre une fois qu'ils sont sortis de l'émission mon téléphone leur est grand ouvert!

 

- Si « Nouvelle Star » s'arrêtait, vers quoi vous dirigeriez-vous ?

 

Vers ce que j'ai toujours fait : découvrir de jeunes talents. Je suis en train de monter une société d'édition… Et je développe plusieurs concepts d'émission télé ayant rapport à la musique.

 

- Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours professionnel ?

 

J'ai toujours baigné dans la musique. J'ai commencé représentant pour le label Virgin. Plusieurs années en maison de disque avant de devenir journaliste pour l'émission "CD'aujourd'hui" sur France 2 que la chaîne a arrêtée en juin 2013.

 

- Pour vous, était-il logique que Mathieu gagne cette saison ?

 

Logique est un mot "bizarre" quand on parle d'artistique… Alors on va dire que je suis content de cette finale entre Yseult et Mathieu…le choix du public s'est porté sur Mathieu. J'aimais les deux. L'essentiel est ailleurs car ils sont chacun déjà en train de travailler sur leur premier album...

 

- Si vous deviez rajouter une personne au jury, qui serait-ce ?

 

Un cinquième membre?  Une autre femme peut être.

 

- Ayant fait auparavant beaucoup de radio, avez-vous comme projet d'y retourner?

 

Je rêve de refaire de la radio en effet… Musique ou autre…

 

Merci Olivier !

Voir les commentaires

Publié le 11 Février 2014

Interview Francois Xavier Demaison

Il y a quelques jours l’équipe de Mediamag se rendait à Villenave d’Ornon (près de Bordeaux) à la salle Le Cube pour une interview exclusive de Francois-Xavier Demaison juste avant son spectacle « Demaison s’évade ».

Ayant été très gentiment invitée au spectacle, je peux vous dire que dès les premières minutes les rires commencent et ne s’arrêtent vraiment qu’à la fin du show.

Si vous ne me croyez pas, allez vérifier par vous même! Enfin.. si vous arrivez à vous procurer les toutes dernières places (Oui, toutes les dates sont complètes à l’exception de deux ou trois!) sinon vous pouvez toujours vous procurer le DVD vous ne serez pas déçus!

Un spectacle dans lequel il nous fait partager sa vision du monde qu’il aborde avec humour, une énergie débordante et une galerie de personnages tout aussi délirants les uns que les autres.. Entre un couple de bobos en exil à Marrakech, un conseiller en adultère, un gynécologue italien, un grand-père fumeur de haschich, ou encore un voyant masseur et sans oublier les aventures du célèbre Bitou le castor, vous ne risquez pas de vous ennuyer!

Cela fait presque 2 ans que tu joues ton spectacle « Demaison s’évade ». Est-ce qu’il y a des soirs où tu trouves ça un peu répétitif ou au contraire pas du tout ?

Je dis souvent que c’est le même menu mais pas avec les mêmes invités. J’ai toujours l’impression qu’effectivement ce sont les mêmes textes, enfin plus ou moins, parce que certains soirs je fais un peu d’improvisation. Mais ce n’est jamais les mêmes personnes donc la réception est différente et puis c’est un prétexte pour rencontrer le public aussi.

Tu dois souvent te déplacer en raison de ta tournée pour ton spectacle, du coup c’est quoi une journée type pour toi en ce moment ?

Une journée type c’est : on vient me chercher en fin de matinée ou à l’heure du déjeuner, je prends un train, ou un avion ou j’y vais en voiture. J’arrive en fin d’après midi, je vais au théâtre directement, je suis dans ma loge, je passe deux trois coups de fil, je grignote deux trois cochonneries ce qui fait que j’ai pris un peu de poids (rire) puis après je vais faire ma balance, mon filage sur scène avec mes techniciens et puis après je me concentre, je mets mon costume et j’y vais.

Est-ce que au fur à mesure des shows il t’arrive de rajouter des sketchs ou carrément d’en enlever?

Oui, le spectacle a pas mal évolué en deux ans. Là il est quand même dans sa version aboutie parce que j’ai fait un mois à Paris, au théâtre Edouard VII, donc il y a quelque chose de vraiment bien rodé.

Pour tes personnages, tu t’es vraiment inspiré de personnes que tu as pu rencontrer ?

Oui plus ou moins car il y a ma femme québécoise, ma fille, mon grand père, mon gynéco enfin le gynéco de ma femme (rire) et puis des gens que j’ai un peu photographié par ci par là!

Combien de temps as-tu mis pour écrire ton spectacle « Demaison S’évade» ?

Ecoute, c’est une période d’incubation qui est assez longue et puis ce sont des à-coups. Par exemple je vais partir une semaine avec mon metteur en scène Eric Teobald et puis on va écrire trois sketchs et après pendant deux mois on ne va rien faire. Il y a un temps où il faut laisser reposer.

Si je te demande de donner aux gens envie de venir voir ton show, en trois mots ça donne quoi ?

Une Evasion, Original. Un humour orignal et puis bien au dessus de ce qu’ils peuvent saisir à la tv et dans les médias, ce qui ce passe sur scène est tellement différent de ce qu’on en voit en échantillons quand on est dans une émission.

Si un jour tu devais choisir entre le théâtre et le cinéma que choisirais-tu et pourquoi?

Le théâtre. Mais j’espère ne pas avoir à choisir parce que j’adore faire du cinéma aussi. Quand je rencontre des réalisateurs comme Hugo Gélin avec qui j’ai fait « Comme des Frères » et devenir également pote de Pierre Niney et Nicolas Duvauchelle je me dis que le cinéma c’est aussi ça.. être en bande, en groupe, là je me sens un peu seul parfois.. Heureusement que vous êtes venues me voir! (rire)

Dans ton passé tu as travaillé dans la fiscalité internationale et tu as souvent dit dans les interviews que l’évènement déclencheur de ta reconversion au théâtre est le fait que tu aies assisté aux attentats du 11 Septembre 2001. Penses-tu que si cet événement n’avait pas eu lieu, tu aurais quand même tout lâché pour ta passion première le théâtre?

Je pense! Cela a été un accélérateur qui m’a fait prendre conscience que la vie était bien courte et qu’il fallait arrêter de vouloir perdre sa vie à la gagner mais profondément je crois que j’aurais fait le pas.

En Novembre on a pu te voir en tant qu’invité guest dans la mini série « Casting(s) » de Pierre Niney sur Canal+ et on te retrouvera au cinéma prochainement dans « Les vacances du Petit Nicolas » de Laurent Tirard. Je me demandais justement, fais tu partie de ces acteurs qui ne passent plus par la case casting pour avoir un rôle ?

Non, mais ce qui arrive c’est que sur des gros projets, le réalisateur hésite un peu et il fait passer des essais et cela je l’accepte tout à fait. Mais non, je suis à un stade où je ne fais pas des castings avec 50 personnes dans la salle.

As-tu déjà des projets pour l’après de ta tournée ? Un nouveau spectacle en cours peut-être ?

Oui, j’ai des films mais je touche du bois. J’attends les confirmations de pleins de projets supers mais voilà il faut que cela se fasse parce que franchement je suis impatient de revenir au cinéma. J’ai aussi un autre spectacle que je vais roder je pense d’octobre à décembre, essayer de mettre en place les choses pour revenir le plus vite possible sur scène.

Un dernier mot peut-être ?

A bientôt sur les routes, pour les spectacles ou au cinéma et merci de faire chaque jour que mon rêve soit une réalité.

Site Internet : http://www.fxdemaison.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Malika Perreaut

Publié dans #Interviews

Publié le 10 Décembre 2013

                              

Ce soir, M6 diffuse la finale de la saison 8 de « La France a un incroyable talent ». Une saison marquée entre autre par l’arrivée d’une nouvelle jurée, Andrée Deissenberg.
 

L'animateur de l’émission sur M6 depuis 2009, a accepté de répondre à nos différentes questions.


 

-Quel bilan faites-vous de cette 8ème saison de "La France a un incroyable talent" ? Une 9ème saison est-elle prévue ? Y aura-t-il des changements au niveau de la présentation ou du jury ?

 

Encore une fois on a vécu une saison de fous avec des numéros qui arrivent encore à nous surprendre. Du coup, je vous avoue qu'on pourrait se lasser à force d'en être à notre 12è contorsionniste avec Sandrine mais qu'en voyant « David Pereira » on ne peut applaudir que des deux mains (contrairement à lui, on n'y arrive pas encore avec les pieds). On a eu aussi des vraies surprises comme les « End of the weak » ou « Costic », des amateurs qui se révèlent incroyables.

Bref une super saison et oui, pour la première fois, on a annoncé très tôt qu'il y aurait une 9e saison, d'ailleurs le casting est déjà ouvert sur 6play.fr (http://www.6play.fr/), il faut foncer s'inscrire si vous avez un talent ou si vous voulez dénoncer un ami à vous !

Enfin en ce qui concerne la présentation ou le jury, c'est notre émission préférée avec Sansan donc on espère rempiler.
 

La première prestation de David Pereira : http://www.m6.fr/emission-la_france_a_un_incroyable_talent/videos/11321550-david_pereira_le_contorsionniste.html

La première prestation de « End of the weak » : http://www.m6.fr/emission-la_france_a_un_incroyable_talent/videos/11324448-end_of_the_weak_les_pro_du_rap_improvise.html

La première prestation de « Costic » : http://www.m6.fr/emission-la_france_a_un_incroyable_talent/videos/11320198-costic_imite_celine_dion.html


 

-Au final la nouvelle jurée, Andrée Deissenberg, on la buzz ou pas ?

 

Bien sûr que non !!! Andrée est une super pro qui a travaillé 10 ans pour le cirque du soleil et dirige aujourd'hui le Crazy Horse, elle est adorable, très précise dans ses jugements et s'est remarquablement intégrée au reste de la team ce qui n'était pas une mince affaire ! Je lui tire mon chapeau pour tout ça et pour les 424 langues différentes qu'elle maîtrise aussi.




 

-Y-a-t-il un candidat que vous avez plus apprécié qu'un autre cette année ? Et depuis la création de l'émission ?

 

Oulalalala... PLEIN PLEIN PLEIN et surtout à quelques heures de la finale je ne vais pas vous donner mes chouchous, je ne veux pas influencer le public.

Mais franchement bien sûr qu'on aime des numéros et des gens plus que d'autres, mais l'aventure est tellement sympa à vivre qu'on est content quel que soit le gagnant.

Quant aux anciens, je garde de superbes relations avec beaucoup d'entre eux que je fais même bosser souvent dans les évènements de ma société FeelGoude (http://www.feelgoude.com/).




 

-Pourquoi cette année vous avez décidé que les téléspectateurs ne pouvaient voter qu'à la fin de tous les numéros ?

 

On a opéré deux changements, celui-ci qui du coup impliquait que nous n'avions plus comme précédemment en demie finale, deux groupes de 5 candidats qui passaient avec un vote au milieu. Ça nous paraissait beaucoup plus fluide et plus rapide donc on est tous tombé d'accord sur cette formule.




 

-Dave a déclaré sur MFM qu'il ne voulait pas voir gagner des enfants. Et vous ?

 

Ce n'est pas tout à fait ce qu'il veut dire à mon avis... Toute l'équipe n'a aucun problème à voir gagner des enfants quand ils sont vraiment au-dessus du lot. Axel et Alizée par exemple, on les voyait gagnant dès la 3ème seconde de leur programme d'auditions, ils étaient extraordinaires, le sont encore aujourd'hui où ils gagnent tous les concours de danse du monde et personne n'a jamais remis en cause le fait qu'il gagne.

Non, ce qui agace Dave et Gilbert aussi, c'est quand le public vote par attendrissement plus que par objectivité, mais franchement l'histoire de l'émission nous prouve que c'est quand même celui qui mérite de gagner qui va au bout, enfant ou pas.




 

-Que pensez-vous de l'émission "The Best, le meilleur artiste" qu'il y a eu cet été sur TF1 ?

 

Je n'en pense que du bien si ce n'est qu'ils nous ont piqué quelques numéros mais…c'est de bonne guerre! C'est une logique complètement différente de la nôtre : il n'y a pas d'amateurs ce qui est vraiment l'une de nos forces (combien ont changé de vie grâce à Incroyable Talent ? Beaucoup! Vraiment !), le concept même fait que de très bons numéros peuvent passer vite à la trappe et on ne rigole pas une seule seconde.




 

-Certains chroniqueurs de "Touche pas à mon poste" ont dit récemment que les numéros étaient les mêmes depuis 5 ans, et que les animateurs ne servaient à rien. Qu'est-ce que vous avez envie de leur répondre ?

 

Eux aussi nous font bien le même numéro depuis 3 ans et personne ne se plaint!

On aura toujours des magiciens, des danseurs, des acrobates dans Incroyable Talent c'est vrai. Et ils auront toujours une bande de chroniqueurs prête à tout pour faire le buzz et se mettre les 3/4 de la profession à dos. Je suis le premier à dire que dans l'absolu on ne sert à rien, si ce n'est tenté de faire sourire les gens et leur permettre de s'évader. Cyril devrait penser à son rôle dans « Nouvelle Star » avant de parler... Ils feraient tous bien de prendre conscience qu'ils ne servent autant à rien que nous.

Ca fait maintenant 12 ans que je fais de la télé, à ma façon, en tentant de ne jamais oublier qu'on est dans une petite boite que les gens éteignent avec un bouton et qu'on ne sauve pas des vies. Quand des gens qui sont là depuis 2 ans commencent déjà à se prendre au sérieux et se croire plus malins que des équipes de 200 personnes qui bossent sans relâche en faisant de leur mieux, je trouve que ça devient très très dangereux.

Ceci dit, ils ont réussi à me faire exploser de rire devant la télé lorsqu'ils ont tous ensemble fait un petit rap assez drôle... 3 jours après avoir dit que celui que nous avions fait dans "La France a un incroyable talent » était d'une ringardise absolue et que le rap c'était démodé, pour les nuls et qu'on était prêt à tout. Ça c'était drôle! Voyez, finalement mieux vaut en rire.

C'est de bonne guerre et j'aime toujours Enora, Cyril, Jean Luc et Thierry.




 

-Ce soir aura lieu la finale, mais la semaine prochaine (17 décembre), vous serez encore là avec "La France a un incroyable talent - la finale des champions". Pouvez-vous nous dire ce qu'il y aura ?

 

Et bien c'est très simple, pour la première fois, on va réunir TOUS les anciens gagnants de « La France à un incroyable talent » et le public va pouvoir choisir celui qu'il juge le meilleur d'entre eux !

Ils sont tous SUPRA excités à l'idée de revenir mettre leur titre en jeu et je peux vous dire qu'il n'y en a pas un qui ne va pas se surpasser ! Seule Marina manquera à l'appel puisqu'elle enregistre un album mais elle sera remplacée par son dauphin de l'époque, « Nans le petit ventriloque » qui n'est plus petit du tout !




 

Merci à Alex Goude d’avoir répondu à nos questions!

 

Par Nicolas Chape


 

Notre page Facebook : https://www.facebook.com/mediamag5?fref=ts

Notre Twitter : https://twitter.com/Mediamag_

Interview d'Alex Goude, animateur de "La France a un incroyable talent"

Voir les commentaires